samedi 23 avril 2011

Peakistes et survivalistes contre experts autorisés et vendeurs de papier gras

Si la crédibilité des gens devait être mesurée à l'aûne de la performance des investissements qu'ils préconisent, il y a de sérieuses questions à se poser sur nos élites autorisées et sur leur modèle...

D'un côté, il y a ceux qui ont vu venir le Peak Everything avant tout le monde, ont pu acheter de l'argent et de l'or à des cours ridiculement bas, et ont fait 500% à 1000% en 10 ans... Je vous passe aussi le rendement sur un investissement en terres arables tels qu'ils le préconisaient...

   Or en dollars, de 2000 à aujourd'hui : +500% (+17% par an)


   Argent en dollars, de 2000 à aujourd'hui : +900% (+25% par an)




De l'autre côté, on a les experts autorisés de la croulantocratie, qui nous vendaient la croissance par le ponzi démographique et la multiplication des médiocres... Après avoir vu leurs actions s'effondrer de moitié en 10 ans, ils en sont désormais réduits à tous les numéros d'équilibristes possibles et inimaginables pour empêcher que leur épargne bidon en dette pourrie ne se volatilise.

Je me souviens d'une vidéo (que je ne retrouve plus) avec un gusse qui montrait sa table avec quelque chose comme 100 kilos d'argent dessus (100 000€ au cours d'aujourd'hui, potentiellement acheté pour 15 000€), avec à la fin, en dernier plan, sur la table, un flingue...

Espérons quand même qu'ils n'auront pas raison jusqu'au bout...

Mais au vu de ce qu'il se passe partout dans le monde arabe, la première zone au monde où le ponzi démographique le plus grotesque leur explose à la tronche, les bactéries dans leur boîte de pétris, qui ont fait fois 2 tous les 20 à 30 ans, sont désormais affamées et sans plus rien à perdre, et se révoltent... Avec concrètement derrière pour eux, pas franchement beaucoup d'espoir d'amélioration des conditions de vie... Ou si peu...

  Population de la Tunisie :


  Population de l'Egypte :


  Population du Yemen :


  Population de la Libye :


  Population de la Syrie :


  Population de la Côte d'Ivoire :


Sinon, chez nous, jamais découragés, les experts autorisés continuent d'en appeler à la croissance de la population française et d'expliquer que la démographie française est une chance...   

Le ponzi démographique ou la mort !

Chronique de Jean-Marc Daniel sur l'immigration...

Au moins ça a le mérite d'être clair...

Après son livre contre la rente, qui ne s'intéresse qu'aux fonctionnaires sert-à-rien sans jamais regarder du côté de la rente évidente que constitue la pénurie organisée de foncier et le niveau débile atteint par les retraites, alors que les retraités gagnent désormais plus que les actifs, en étant massivement propriétaires de leur logement et sans enfants à charge, le voila qui appelle à la poursuite de la politique de rente la plus crasse qu'est le Ponzi démographique pour pouvoir payer les grasses promesses que les goinfres se sont faites à eux mêmes...
Si l'on veut continuer de pouvoir payer les retraites, l'accueil d'une main d'oeuvre étrangère est la seule solution au vieillissement de la population hexagonale, estime Jean-Marc Daniel, professeur à l'ESCP Europe.
Au moins ça a le mérite d'être clair et la seule raison qui justifie la politique de ponzi démographique est clairement identifiée.

Naturellement, je n'en partage pas du tout les conclusions...

   Revenu des retraités comparé au revenu des actifs dans différents pays de la zone euro :


   Patrimoine des français :


Naturellement, la vraie solution au problème de financement des retraites, ce n'est pas l'immigration, mais tout simplement de baisser les retraites qui dépassent le minimum vieillesse plus, disons... 200€ !

Comme Madelin, qui ne manque jamais de chanter l'éloge de la société de propriétaires, Jean-Marc Daniel se range très clairement dans le camp des tartufes libéraux en lutte contre la seule rente qui les emmerde, celle des fonctionnaires et des salariés protégés, la seule qui empêche les croulants d'être toujours plus riches... En revanche, jamais rien contre la pénurie organisée de logements, contre les retraites débiles ou les patrimoines bidons des vieux en dette publique, constitués en 30 ans de refus de payer l'impôt à la hauteur de leurs dépenses...

Naturellement, les jeunes seront toujours plus pressurés, toujours plus serrés, toujours plus pauvres...

Y'a pas à chier, c'est vraiment le socialisme de l'excellence les idées de Daniel...

Pourquoi la France a tort de se fermer à l'immigration
L'Expansion, Jean Marc Daniel, 22/04/2011 (en Français texte en français )
→ lien


Il y a 4 façons de financer les retraites selon lui :
  faire de la croissance par habitant...
Sans blagues...    Mais si avec la politique de destruction systématique de la méritocratie, où le meilleur actif d'un jeune aujourd'hui n'est plus sa réussite, son savoir, ses compétences ou encore sa motivation, mais la retraite débile et les patrimoines bidons volés par papa/maman après 30 ans de pillage de la dette publique et de pénurie immobilière organisée, avec des incitatifs aussi bousillés, ça va pas être facile de motiver les méritants...  D'ailleurs, les jeunes le plus éduqués et motivés se barrent tous...
   augmenter la durée du temps de travail
Histoire de traire toujours plus les actifs actuels.
   investir à l'étranger pour payer les retraites avec le travail des autres pays (cf Japon et Allemagne)...
Mais pour ça, encore faut-il avoir des excédents commerciaux à réinvestir. Nos papy boomers faillis ont préféré crâmer tout le pognon même du temps où ils étaient en mesure de faire la même chose...
  reste l'immigration...

Naturellement, la 5ème option qui consiste de manière évidente à baisser les retraites n'est même pas ne serait-ce qu'envisagée... Pensez donc   

En même temps, Daniel, il a 57 ans... Et la retraite n'est plus très loin... Et sans trop tomber dans le ad hominem, j'imagine que comme toute l'intelligentsia française, en plus d'être à la retraite ou proche d'y être, il doit avoir plein de bon gros patrimoine bidon en dette publique perrave, ou de l'immobilier dont le prix explose par simple organisation de la pénurie...

Et plutôt que de penser la nécessaire et inévitable déflation, que la baisse de la démographie mondiale et les ressources rares rendent inévitable à terme, ils vont s'accrocher à leurs gros rendements, leurs patrimoines bidons avec aucun actif derrière, et leur grosse rente jusqu'au bout du bout...


En attendant... leur modèle de croissance par la multiplication des médiocres leur pète complètement à la tronche... Ça en devient burlesque...   

Essence à 2 euros : est-ce possible ?
France 5 - C dans l'air, 18/04/2011 (en Français texte en français )
→ lien


Faut les entendre s'indigner à l'annonce d'une essence à 2€ le litre de De Margerie, ou appeler à faire de la dette publique pour baisser le prix de l'essence...   

Ils ont l'air de découvrir que la mondialisation allait rendre les ressources rares et nous appauvrir mécaniquement si on n'était pas capable de faire de la croissance par habitant et arrêter de faire de la croissance des habitants... Et le modèle du ponzi démographique de la France leur pète à la tronche...

Surtout le Laurent Hecquet, Délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, il vaut du point...

"J'ai toute confiance dans nos ingénieurs pour trouver des solutions à moyen et long terme"...

C'est tout ce qu'il leur reste comme espoir... Croiser les doigts pour que la science vienne les sauver une fois encore... Le tout avec les meilleurs des jeunes qui au lieu de faire ingénieurs, vont tous bosser chez Goldman Sachs, afin de maximiser la traite des jeunes actifs pour les vieux riches, en touchant leur grosse comm au passage   

En attendant, le budget essence représente 10% du revenu moyen...   

Pourquoi nous deviendrons tous des décroissants
Marianne 2, Superno, 23/04/2011 (en Français texte en français )
→ lien
Je n'ai pas l'intention de revenir ici longuement sur l'évidence qu'il n'existe pas de croissance infinie dans un monde fini. C'est un point dont je parle souvent. La Terre est finie, la terre habitable est finie, la mer est finie, l'eau potable est finie, les terres cultivables sont finies, l'énergie extraite du sous-sol est finie, de même que les ressources minérales… L'exemple du pétrole dont on commence doucement à siphonner le fond de la bouteille en est l'illustration la plus actuelle. Or une croissance économique sans fin n'est théoriquement possible que si chacun de ces éléments pouvait aussi s'étendre à l'infini. Comme actuellement c'est le pétrole qui est la clé de voûte de tout le système croissanciste, les curieux vont pouvoir assister en direct dans les prochaines années à son écroulement total devant cette dure réalité : au delà des rodomontades des politiciens incapables et irresponsables, les faits sont têtus : la croissance infinie est un mythe.

Aujourd'hui, c'est simple : tout système économique , toute promesse politique reposant sur la croissance est une chimère, et celui ou celle qui la profère est un escroc. Quand j'entends ce ramassis de guignols se gargariser de croissance ou promettre de « distribuer du pouvoir d'achat » (relisez un peu cette proposition pour en savourer l'absurdité totale), j'ai envie de cogner. Mais comment ces gens, qui ont pour la plupart fait de hautes études et qui sont arrivés à leur place après une sélection impitoyable au cours de laquelle ils se sont révélés meilleurs que leurs multiple concurrents, comme ces politiciens, ces économistes peuvent-ils être aveugles à ce point ? C'est tout bonnement incompréhensible.

Qu'on se le dise, nous sommes tous des décroissants en devenir, qu'on le veuille ou non !

Article intéressant, mais qui part comme toujours tout de suite dans les écogogoleries amapesques habituelles, et ne pose pas les bonnes questions... Un bon moyen de continuer à faire de la croissance par habitant, est de laisser s'inverser naturellement le ponzi démographique et de laisser la population baisser, afin d'augmenter le revenu de la rente de patrimoine par habitant...

Par contre, la croulantocratie, les promesses de grosses retraites, les patrimoines qui montent au ciel, les rendements hallucinants, en effet, ils vont pouvoir se les tailler en pointe. Mais de toutes façons, leur modèle de croissance par la multiplication des médiocres ne peut plus marcher. Il leur a pété à la tronche. Ils n'auront pas le choix. La seule vraie question en fait, c'est de savoir si les vieux vont emmener tout le monde dans le caniveau avec eux...

A ce sujet, je vous renvoie sur mes autres posts sur le sujet :
   Sur le FN, les tartufes, les retraites et l'immigration
   Un bien bel exemple de pensée autorisée de la tartuferie de gôche
   Le choix de la croissance par la multiplication des bactéries et la diminution de la rente de patrimoine
   La croulantocratie exige la poursuite du ponzi démographique et de la traite des jeunes
   La gauche fait un carton en Finlande

Combien de temps encore les croulantocrates arriveront t'ils à lutter contre l'indispensable déflation ? Combien de temps les jeunes accepteront t'ils d'être chaque année individuellement plus pauvres, alors que leurs parents et grand-parents, juste à se compter les doigts de pied, sont chaque année plus riches, avant que ça ne finisse à la tunisienne ? Combien de temps l'omerta médiatique et politique va t'elle réussir à cacher à la jeunesse, les évidences chaque année plus criantes ?

mardi 19 avril 2011

La faute à mémé Bettancourt et à l'affreux néo turbo libéralisme

Le démontage du discours de la croulantocratie de la fausse gôche sur l'explosion des inégalités, commence à s'appuyer sur un sacré paquet de données...

On avait déjà ce graphique sur la part des revenus allant aux 1% les plus riches :


En voici deux autres très intéressants :

Sur la répartition des salaires dans la valeur ajoutée au cours du temps :

Vous le sentez bien là comme les actionnaires se goinfrent ?

Et le rapport inter-décile :


Donc voila... Ça c'est pour les mensonges de la tartuferie sur les salauds de riches responsables de tous nos problèmes....

Et maintenant, on va regarder du côté de la réalité vraie...

Je vous ressors déjà ce graphe sur le patrimoine des français, de ce post sur les affreux prôfits et les méchants actionnaires

Voyez l'explosion des logements et des terrains...

Ou encore celui-ci, sur le niveau des revenus des retraités par rapport aux actifs, dans la zone euro :

Depuis, en France, le rapport a dépassé 1, et les vieux gagnent désormais plus à se compter les doigts de pied, que les actifs à les entretenir. Le tout en étant massivement propriétaires de leur logement et sans enfants à charge.

Donc voila... Vous voulez réduire les inégalités ? Ok... Commencez par oublier le lavage de cerveau de la tartuferie (multi) proprio de gôche à grosse retraite.

Et attaquez vous justement à eux :
  Retirez le pouvoir d'établissement des PLU et COS aux mairies et donnez le à l'Etat, et lancez la France dans un plan massif de construction de logement là où il y en a besoin. Remplacez les pavillons merdiques des vieux par des résidences logeant 20 fois plus de personnes.
  Baissez les retraites, en tranchant de x% tout ce qui dépasse du minimum vieillesse + disons 200€.
  Et histoire de reprendre les faux patrimoines captés en 30 ans de ponzinomics et d'endettement de l’État, réduisez encore par dessus, les retraites de la moitié des revenus du capital (en incluant le loyer que l'on percevrait pour sa résidence principale)...

Et là, vous vous attaquerez vraiment aux inégalités et aux salauds de riches.

Mais comptez sur la croulantocratie "sôlidaire" de gôche pour continuer à faire diversion... Histoire que personne n'en arrive à identifier qui sont donc vraiment les vrais salauds de riches dans ce pays...

samedi 16 avril 2011

Influence du ponzi démographique sur le niveau d'éducation

J'écrivais ici que :
Mais ce qui est rare étant cher, clairement, dans le deuxième cas, la population, faisant peu d'enfants, est encline à s'investir au maximum dans chacun d'entre eux, et en arrive tout naturellement à faire de la croissance par habitant...

Et bon, c'est bien beau d'affirmer, mais je me suis demandé si c'était vrai.

Du coup, j'ai pris le résultat de l'étude Pisa dont j'ai extrait les pays d'Europe. Et via le site de l'université de Sherbrooke, j'ai récupéré 4 statistiques démographiques pour chaque pays :
   Taux de fécondité (naissances par femme)
   Croissance annuelle de la population (en % de la population totale)
   Population (0-14 ans) (% de la population totale)
   Personnes nées à l'extérieur du pays (en % de la population totale)

Je fais un nuage de point avec en ordonnée la note Pisa et en abscisse un des 4 indicateurs démographiques sus-cités.

Voila ce que j'obtiens :

  Données source : → lien

J'ai fait deux sélections, une avec les pays d'Europe occidentale, et l'autre avec les pays AAA d'Europe, bien que le AAA français et anglais fassent doucement rigoler. Il s'agit donc d'une sélection de pays qui sont sensés avoir pigé quelque chose aux principes de base de la finance, de la dette et du capitalisme, condition nécessaire mais pas suffisante pour être un pays riche dans le monde de demain.

J'ai fait ça sans a priori de ce que j'allais trouver, par curiosité, pour voir si j'écrivais de grosses conneries...

   Pour l'Europe occidentale :

Le seul indicateur avec une corrélation négative, c'est celui des "Personnes nées à l'extérieur du pays (en % de la population totale)", mais avec un écart type important et une pente négative très faible. Tous les autres indicateurs sont positifs. En gros, statistiquement, sur l'Europe occidentale, plus le taux de fécondité augmente, plus la croissance annuelle de la population augmente, et plus la proportion des jeunes est importante, plus le niveau d'éducation s'améliore.

   Sur l'Europe des AAA :


Là, ça change pas mal. Le taux de fécondité continue d'avoir une influence positive bien que très faible. La croissance de la population a une influence négative bien que très faible. La part de la population de jeunes dans la population totale devient neutre. La proportion de personnes nées à l'extérieur du pays a un effet beaucoup plus négatif.

Notez que tout ça, c'est fait avec des chiffres de 2007, avant que les prix des matières premières ne commencent à exploser pour de bon... C'était le modèle d'avant, où les ressources n'étaient pas une contrainte.

On va voir comment tout ça va évoluer dans le temps avec le Peak Everything. Faudrait refaire les mêmes graphiques dans 20 ans... J'essaierai de m'en rappeler   

Surtout, ce qui serait intéressant, ce serait de suivre l'évolution dans le temps...